Le beau travail de toute une famille

Nous avons la chance d’avoir une tres belle maison. Aussi, sur le cote de celle-ci nous avons decide d’y construir une jardiniere. Nous ne pensions pas qu’il faudrait autant de travail, mais nous y sommes arrives grace a l’aide si importante de nos amis.

Le but etant surtout d’installer, entre les diverses plantes, une statue de la Vierge Marie, Mere de chacun de nous. Aussi, pour qu’elle puisse demeurer dans notre rue et veiller su chacun de nos amis ou voisins qui passent devant elle.

Nous avons durant plusieurs jours cree une jardiniere entiere, grille, peinture, plantation, construction d’une grotte… Et tout ce travail n’a pu etre realise que par la grace de l’amitie, la grace de cette grande famille que nous formons en tant que fils et filles de Dieu. Mettre au centre de notre vie la Vierge Marie.

« Les fideles s’efforcent encore de grandir en saintete par la victoire sur le peche, et c’est pourquoi ils levent les yeux vers Marie » Saint Jean Paul II.

Vendredi soir, nous avons eu la joie de pouvoir celebrer la messe dans notre rue, afin d’introniser et benir la statue de notre Vierge Marie. Ce fut une belle messe, tres priante avec la presence de beaucoup d’amis et parents des enfants de la permanence.

Tant d’amis nous ont aide, et ce petit jardin est le fruit de cette vie de famille que nous vivons ici, de cette vie d’amitie, de cette vie d’amour. Tous ensemble, nous avons travaille pour la gloire de notre Sainte Vierge Marie, pour la gloire de Dieu car, « Sur le visage de Marie, on apercoit le visage mysterieux du Pere ».

Priez pour que chaque personne qui passe devant cette statue puisse rencontrer la Vierge Marie, puisse rencontrer celle qui nous mene tout droit vers le Pere.

Publicités

Chemin de Croix vivant dans les rues de la Isla Trinitaria

 

Jorge et señora Maria

Jorge

Vous allez me dire que vous connaissez deja cette photo… Vous n’avez pas tort ! Ce petit Jorge est vraiment un enfant calme et tranquille, et d’une douceur incroyable. Sa maman, señora Maria, vit la Passion de son fils. Tout comme la Vierge Marie, elle est DEBOUT, pres de son fils, au pied de sa douleur.

Jorge, 4 ans, a fait une dengue hemorragique. Il a ete hospitalise en soins palliatifs durant 10 jours. Les medecins avaient dit a sa maman de se preparer a la mort de son fils. Hier apres midi, il a ete change de chambre, ce qui est un bon signe. Jorge va mieux, mais je le confie vraiment a vos prieres, ainsi que sa maman.

Señora Maria, une femme discrete mais tres serviable. Sur son visage, une grande souffrance y est inscrite. Et pourtant… et pourtant, elle est toujours la pour aider, elle est catechiste le seul jour ou elle ne travaille pas. Leur maison est tres precaire, ils sont d’une grande pauvrete materielle mais que je me sens pauvre face a cette femme. Elle se donne pleinement dans sa vie, dans son travail, pour ses enfants, pour ses amis, pour sa paroisse, pour notre Dieu.

Nous sommes allees la rencontrer mercredi avec Julia. Je ne lui avais jamais vraiment beaucoup parler. Tout juste arrivees a l’hopital, elle s’est jetee  dans mes bras comme si nous nous connaissions depuis toujours. Si nous sommes liees par la priere, alors nous sommes amies. La visite a ete tres belle. Elle avait peur pour son fils, mais nous avons ensemble prier dans la salle d’attente, ou regne l’angoisse, prier le chapelet pour son fils, prier par l’intercession de notre Mere a tous pour qu’elle prenne dans ses bras ce petit Jorge comme elle prend dans ses bras son Fils Jesus, prier la Vierge Marie pour qu’elle soit un exemple pour señora Maria.

J’ai ete tres emue pendant ce chapelet; nous, si petites, au pied s’une si grande souffrance. Il n’y a plus rien a faire sinon mendier. Voila ce que nous sommes, des mendiants qui chaque jour allons puiser nos forces dans la priere, pour chaque jour aimer plus, pour chaque jour etre plus present.

En ce vendredi saint, señora Maria vit veritablement la passion de son fils, en union avec notre Mere. Prions pour que la joie de la Resurection du Christ soit leur esperance, leur lumiere dans les tenebres. Qu’elle le soit pour chacun de nous !

Je confie a vos prieres ce petit Jorge et sa maman señora Maria.

J aimerai aujourd’hui vous parler d’une grande amie de notre Point Coeur que j’aime beaucoup. Sa vie n’est pas facile, elle se fait battre par son mari alcoolique et donc, sa vie de tous les jours n’est pas toute rose. Et pourtant, vous devriez voirseñora Gertrudis, son sourire, sa facon de vous aimer directement, sa facon de vous accueillir chez elle, de vous offrir le peu qu’elle a.

L’autre jour (il y a quelques semaines), nous etions invites a voir un film chez elle un jeudi soir. Señora Gertrudis est un grande fan de films, pas toujours des films supers, mais c’est toujours sympa de partager ce moment avec elle et sa famille.

Nous avions decide avec Julia de l’aider a cuisiner. Apres quelques petites courses, nous sommes arrivees avec beaucoup de joie pour apprendre a cuisiner a l’Equatorienne. Cette fois, nous ne cuisinerons pas des patagones, chiffles ou tortillas de verde en tout genre. Nous allions cuisiner un poulet au… coca !! Poulet, plat de fete dans notre quartier. Apres la coupe du poulet et quelques batailles avec Vanessa et Hugo – deux de ses enfants – nous avons pu gouter de ce bon poulet devant un film. Ca peut paraitre simple et peu ordinaire, mais c’est tellement beau de passer du temps, de partager leur quotidien, de partager leur culture, de les aimer tels qu’ils sont. Et ils sont d’une richesse incroyable ! Rien n’est plus beau que la presnce du simple amour

 

ImageImageImage

 

Vamos a la playa

Alors que vous deviez avoir froid, certainement etre au coin de votre cheminee, moi, entre Noel et le jour de l an, j etais a une journee d integration des jeunes de la paroisse. Ah oui, j oubliais… journee d integration a la plage !

Vendredi 27 decembre, le depart etait prevu a 23h, mais heure equatorienne oblige, nous sommes partis en bus a minuit. Apres deux heures de voyage, nous sommes arrives a cette plage quasi desertique. Nous nous installions pour dormir quelques heures sur la plage, les moustiques etaient ravis ! Apres une nuit un peu courte, le programme de la journee etait simple: une soixantaine de jeunes, l ocean, un ballon et un bon dejeuner…

Feliz ano !

Avec quelques jours de retard, quoique nous avons tout le mois de janvier…, je vous souhaite une tres tres belle annee !!

Ici a Guayaquil, le 31 a minuit, toutes les rues prennent feu, nous entendons des explosions dans tous les sens. On m avait dit que ca ressemblait a la seconde guerre mondiale, on ne m avait pas menti…! En effet, chaque famille prepare un ¨ano nuevo¨, une poupee faite en carton et papier mache, ils y mettent quelques explosifs et la font bruler a minuit dans la rue. 

En voici quelques unes exceptionnelles avant l heure fatidique. ImageImageImage

« Que muerda la torta »

P1040092 P1040086P1040107P1040114

J’ai eu la joie de fêter mon anniversaire en Equateur ! Je l’ai même fêté trois fois ! C’est a chaque fois dans une belle ambiance et avec de nombreux amis que j’ai pu souffler mes bougies. Et mordre dans le gâteau … petite coutume ici en Equateur !

Apres une grande soirée ou nous fêtions cinq anniversaires, trois d’amis du Points Cœur et deux de volontaires (Emmanuel et moi), beaucoup de musique et de danses, arrive le gâteau. Apres un feliz cumpleaños chantait par une soixantaine d’amis présents, après avoir chacun notre tour souffle nos bougies, voila venu le moment fatidique.

Chacun notre tour, nous devions mordre dans le gâteau après le fameux « que muerda la torta ». Tout le monde attend ce moment avec impatience. Le but est de réussir à  mordre dans son gâteau d’anniversaire sans se faire aplatir la tête dans le gâteau … personne n’a encore réussi . J’ai quand même limité la casse (ou surtout la crème sur tout le visage…!)

Croquage de gâteau… mythe ou réalité ? Wahou… carrément une réalité !!!!!!!!!!!!! 😉

Il est certain que je rentrerai avec cette coutume en France 🙂